Les Artistes de l'expo en cours
Les Artistes permanents de Balastra
Archives de tous les Artistes

Les artistes
de l'expo en cours
EVERS Cynthia
IGYARTO Magda
KESSELER Philippe
MAGNEE Fabrice
ROUSSEAU Vincent

Van Jack Victor

Il y a chez Victor Van Jack une forme d’éveil, de curiosité  permanente, qui s’exercent de différentes manières et en plusieurs directions.
Victor Van Jack exprime et transforme ce qu’il vit et ce qu’il voit, ses angoisses comme ses élans, passeur entre les substances et les univers, donnant matière aux idées, puis forme à la matière.  Celui qui dépasse les apparences, creuse, ouvre et, le plus souvent,  à partir de petites choses, fait jaillir.

Des rapports nouveaux par exemple : rapports humains ou sociaux, rapports chromatiques ou plastiques, dans les fresques complexes que composent ses « Paysages humains » en quête de récit, puissantes aspirations vers la liberté mais surgies de profondes convulsions …  

A l’inverse, ses têtes sculptées retiennent d’abord l’attention par ce qu’elles semblent contenir, et presque cacher : l’essentiel n’est pas ce qu’elles expriment, mais ce qu’elles portent et ce que, presque malgré elles, elles affichent. 

Le regard est droit et fixe, mais vide ; la bouche est fermée (ou rarement ouverte) mais muette de toute façon.  La présence, plutôt intimidante.
En revanche, d’autres signes, pourtant tout en surface, nous parlent paradoxalement d’une intériorité …

Mémoires oblitérées, coins de cerveau mal dégrossis ou amputés, signes primitifs qui ont fini par gagner le visage et se lire à même les traits, mélange d’un passé tellurique prégnant et de l’évanescence ressentie au présent.  Si la symbolique est apparente, évidente même (un peu comme chez Pierre-Yves Trémois, jusque et y compris dans la forme architecturale du propos ou la géométrisation d’un substrat psychologique), elle n’est jamais absolument claire, univoque, directive ; l’œuvre de Van Jack est comme « intermédiaire », elle est une traduction qui masque son point d’origine et ne délivre aucun ultime message.

L’équilibre vient finalement du socle que peuvent donner l’histoire – et singulièrement la culture, l’art et les mythologies antiques, grandes et robustes porteuses de symboles -, et d’un équilibre à trouver dans le quotidien ténu : observer la vie dans ses infimes détails comme dans ses grands enjeux.

Au fil du labyrinthe, chacun ici trouvera ses références, aura ses préférences : pour une période, une manière, un thème ou même un trait.
Mais à coup sûr le travail d’ensemble de Vanjack est de ces œuvres solides et plantées droit, qui s’adressent à vous en face à face, vous délivrant quelques réponses et un peu plus encore de questions, tout en vous séduisant par la variété de leur relief, par l’ingéniosité brute de leur langage soucieux de découvrir et d’expérimenter.  Et par leur touchante sensibilité.